Hippocratus se réinvente ! Découvrez toutes les nouveautés !

Hippocratus se réinvente ! Découvrez toutes les nouveautés !

Hippocratus se réinvente ! Découvrez toutes les nouveautés !

Hippocratus se réinvente ! Découvrez toutes les nouveautés !

Inscription Newsletter

Miel et diabète : sont-ils compatibles ?

L'interaction entre le miel et le diabète est souvent source de confusion. Le miel, un sucre naturel, est-il un allié ou un ennemi pour les individus atteints de diabète de type 2 ? Bien que ce produit de la ruche ne soit pas interdit aux personnes diabétiques, sa consommation doit être modérée et incluse dans l'apport quotidien en glucides. Comment la réguler ? Quel est le rôle de l'indice glycémique dans cette ...

9 min. de lecture

publié le

par Victoria

Partage:

L’interaction entre le miel et le diabète est souvent source de confusion. Le miel, un sucre naturel, est-il un allié ou un ennemi pour les individus atteints de diabète de type 2 ?
Bien que 
ce produit de la ruche ne soit pas interdit aux personnes diabétiques, sa consommation doit être modérée et incluse dans l’apport quotidien en glucides.
Comment la réguler ? Quel est le rôle de l’indice glycémique dans cette équation ? Comment le miel pur, comme celui d’acacia ou de châtaignier, influence-t-il la glycémie ? Miel et diabète sont-ils compatibles ? C’est à ces questions que nous allons répondre.


Qu’est ce que le diabète ?

Petit rappel de définition

Le diabète est une pathologie chronique qui émerge quand l’organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il fabrique, ou quand le pancréas ne crée pas assez d’insuline, cette hormone qui régule la concentration de sucre dans le sang. C’est ce qui provoque l’hyperglycémie, un effet courant du diabète non contrôlé qui débouche avec le temps à des altérations graves de nombreux systèmes organiques et plus spécialement des nerfs et des vaisseaux sanguins. L’hypoglycémie, quant à elle, peut conduire à des malaises, fourmillements des extrémités voire un coma.

Les différents types de diabètes et leurs symptômes

  • Le diabète de type 1 survient à cause d’ une absence de sécrétion d’insuline par le pancréas. Elle est en général découverte chez les personnes jeunes. Il arrive brusquement, se manifeste par des pics de fatigue et d’affaiblissements, une soif intense, des maux de ventre, des urines abondantes, un amaigrissement rapide malgré un appétit qui augmente et une faim constante, une altération de la vision, des vomissements et une haleine qui sent l’acétone.
    Dans ce cas, si le sujet n’est pas rapidement pris en charge, il risque un coma acidocétosique.
  • Le diabète de type 2 : C’est le plus répandu (92% des diabétiques). Il est dû à une mauvaise utilisation de l’insuline par les cellules de l’organisme. La maladie peut être diagnostiquée plusieurs années après son apparition, une fois les complications déjà présentes. Il touche en général les personnes en surpoids après 40 ans. Il peut être d’origine génétique, dû à un surpoids ou une obésité, à un manque d’activité physique ou venir d’une alimentation déséquilibrée. Ses symptômes peuvent ressembler à ceux du diabète de type 1 : fourmillements dans les mains, douleurs ou crampes de jambes, mauvaise cicatrisation, engourdissement, pathologie vasculaire ou cardiaque, troubles visuels, infections récurrentes touchant le prépuce, les gencives, la vulve, la peau ou encore la vessie.
  • Le diabète gestationnel, qui se déclenche pendant la grossesse et nécessite un suivi régulier pour éviter les complications durant cette dernière et à l’accouchement. Il va avoir des valeurs supérieures à la normale mais pas assez pour être catégorisé comme diabète. Il a tendance à disparaître de lui-même. Cependant, il multiplie les risques chez la femme et son enfant d’avoir un diabète de type 2 à un stade plus avancé de leurs vies.

Effets indésirables sur le long terme

Le diabète est un facteur principal de cécité, d’insuffisance rénale, d’accidents cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux et d’amputation des membres inférieurs. Près de la moitié des décès dus à l’hyperglycémie surviennent avant l’âge de 70 ans.


Comprendre l’indice glycémique et son impact sur le diabète

Qu’est ce que l’indice glycémique ?

L’indice glycémique (IG) est une évaluation de la vitesse à laquelle un aliment fait augmenter la glycémie (le taux de sucre dans le sang) après sa consommation, en le comparant généralement à du glucose pur, qui sert de référence. Les aliments sont classés en trois catégories d’indice glycémique : faible (0-55), moyen (56-69) et élevé (70 ou plus).

Comment le miel agit-il sur le pancréas et la glycémie ? Est-ce que le miel fait monter la glycémie ?

Le miel est composé principalement de glucose et de fructose, deux types de sucres naturels. Lorsqu’il est consommé, le miel peut provoquer une augmentation de la glycémie. Cependant, l’indice glycémique du miel varie en fonction du type de miel et de sa concentration en sucre. Certains miels ont un indice glycémique modéré, tandis que d’autres ont un indice glycémique élevé.

Le pancréas est l’organe clé dans la régulation de la glycémie, car il produit l’insuline, une hormone qui permet aux cellules d’absorber le glucose du sang. Lorsque la glycémie augmente, le pancréas libère de l’insuline pour réguler le taux de sucre dans le sang. La consommation excessive de miel, en raison de sa teneur en sucre, peut donc surcharger le pancréas et entraîner une production excessive d’insuline.


La consommation de miel pour les diabétiques : interdite ou conseillée ?

Les bienfaits du miel pour la santé

Le miel est bien plus qu’un simple édulcorant. Cet aliment énergétique naturel présente d’innombrables avantages pour les personnes atteintes de diabète.

Il est une excellente option pour les diabétiques en remplacement du sucre blanc, par exemple. Sa composition comprend des sucres rapides facilement assimilables, ce qui signifie que l’organisme le traite plus efficacement que le sucre raffiné. En incorporant le miel dans votre alimentation, vous pouvez donc mieux contrôler votre glycémie.

Une des raisons pour lesquelles le miel est bénéfique pour les diabétiques réside dans ses propriétés prébiotiques. Les oligosaccharides présents dans le miel stimulent la croissance et l’activité des lactobacilles, des bifidobactéries, et de la microflore intestinale humaine. Ces probiotiques sont essentiels pour maintenir un équilibre sain dans le microbiote intestinal.

Les limites à la consommation de miel

Bien que le miel présente de nombreux avantages pour les personnes atteintes de diabète, il y a certaines limites à son utilisation. Il est essentiel de connaître et de respecter ces limites pour garantir une gestion appropriée de votre condition. Il faut faire attention au dosage et toujours consulter un professionnel de la santé pour des conseils personnalisés en fonction de votre situation médicale :

  • L’utilisation du miel est déconseillée en cas de diabète instable, difficile à équilibrer. En raison de sa teneur en sucres, le miel peut entraîner des fluctuations importantes de la glycémie.
  • Si vous souffrez de lithiase urinaire (formation de calculs rénaux), il est préférable de limiter votre consommation de miel. Les sucres présents en grande quantité dans le miel peuvent augmenter le risque de formation de calculs.
  • Les patients ayant des maladies endocriniennes mal équilibrées, comme le diabète et l’hypothyroïdie, doivent être prudents. Dans certains cas, le diabète peut favoriser l’hypothyroïdie.
  • Le miel ne doit pas être donné aux nourrissons et aux jeunes enfants de moins de 24 mois. Le miel peut contenir des germes résistants, tels que le Clostridium botulinum, provenant du pollen transporté par les abeilles. Cela peut présenter un risque de botulisme, en particulier en raison du système immunitaire immature des jeunes enfants.

Peut-on manger du miel quand on est diabétique ?

Si vous avez un diabète modéré, vous pouvez consommer du miel. Vous pouvez en avoir une petite portion toujours sur vous si vous êtes diabétique. En effet, en cas d’hypoglycémie, il sera d’une grande aide grâce à sa concentration en fructose.


Que peut manger un diabétique au petit déjeuner ?

La quantité de miel à consommer par jour pour un diabétique

Le miel a un pouvoir sucrant et est une excellente alternative au sucre.

Un diabétique pourra consommer 1 cuillère à café par jour, pour remplacer du sucre dans ses boissons ou ses desserts. N’oubliez pas que la quantité de miel quotidienne peut varier selon différents éléments comme le niveau d’activité physique, le poids ou la glycémie visée. Il est d’ailleurs essentiel de consulter un professionnel de santé spécialisé dans le diabète pour avoir un suivi personnalisé.

Les différents types de miel : acacia, châtaignier, fleur… Lesquels choisir ?

La consistance du miel est déterminée par le sucre présent. En effet, quand le miel est riche en glucose, il se cristallise et quand il est riche en fructose, il est liquide.

Il existe différents types de miel. Ceux qui sont à privilégier pour les diabétiques sont :

  • le miel de tilleul (IG = 49 à 56)
  • le miel d’acacia (IG = 53)
  • le miel de bruyère (IG = 54)
  • le miel de châtaignier (IG = 54)

Recette petit déjeuner compatible avec le diabète

Pour votre petit déjeuner, vous pouvez opter pour une recette de compote de pommes au miel d’acacia (ingrédients pour 4 portions) :

  • 400g de pommes
  • 2 càs de miel d’acacia
  • 15 cl d’eau
  • ½ cuillère à café de cannelle en poudre
  • 1 gousse de vanille
  • 1 citron

Préparation :

  • Couper en cube les pommes après les avoir épluchées et épépinées ;
  • Porter à ébullition dans une casserole les pommes, l’eau et le miel, puis baisser le feu ;
  • Mettre les graines de vanille et la cannelle dans la préparation, puis poursuivre la cuisson en couvrant durant 15 à 18 minutes en remuant souvent à feu doux ;
  • Quand les pommes sont fondantes, ajouter le jus de citron puis mixer.

Il est possible de consommer du miel en étant diabétique. En effet, le miel protège le microbiote intestinal et permet de remplacer le sucre raffiné pour permettre de mieux réguler son diabète. Cependant, il faut faire attention au dosage et être suivi par un professionnel de santé, car chaque cas est particulier.

Laisser un commentaire

S'inscrire à la Newsletter Nos Formations

Articles similaires

Comment protéger naturellement sa peau du soleil en été ?

Quels sont les dangers du soleil et comment protéger sa peau naturellement ?

Véritable source de vitamine D, le soleil est essentiel pour le bon fonctionnement de l’organisme. Il influence aussi le bien-être psychologique et physique. Mais, à forte dose, ses rayonnements UV ...

Lire plus

Les champs d'application du naturopathe

Que soigne un naturopathe ?

La naturopathie, pratique thérapeutique préventive, ne soigne pas ! Elle se concentre principalement sur les domaines de l'alimentation, du sommeil et du stress, dans le but de maintenir ou rétablir ...

Lire plus

4 recettes de cosmétiques à faire soi même

10 bonnes raisons de faire soi-même ses cosmétiques

Plus écologiques, plus sains, mais aussi ludiques, économiques et 100 % personnalisables, les cosmétiques à faire soi-même ont le vent en poupe depuis quelques années ! Si la tendance du ...

Lire plus